La naturopathie

au service de l’auto guérison

La naturopathie vise à préserver et à optimiser la santé globale de l’individu, sa qualité de vie, ainsi qu’à permettre à l’organisme de s’auto-régénérer par des moyens naturels. *

* Définition retenue par la Fédération Française des Écoles de Naturopathie (FENA)

Autrement dit, un naturopathe va, en s’appuyant sur l’énergie vitale d’un individu, aider celui-ci à mettre en œuvre le pouvoir de rééquilibrage et d’auto-guérison que possède tout organisme.

Rechercher les origines de la maladie

En naturopathie, on considère que la maladie a pour origine un encrassement du corps. Celui-ci est soumis à de multiples contraintes qui viennent régulièrement l’agresser, le polluer : une alimentation pas toujours adaptée à sa physiologie, l’absence d’une activité physique suffisante, un stress répété, un manque de sommeil, etc. Les tissus des organes, nos cellules et les liquides corporels emmagasinent des déchets qui affaiblissent le bon fonctionnement du corps et fait de celui-ci le terreau fertile pour les virus et bactéries de passage.

Pour le naturopathe, la maladie n’est pas un mauvais coup du hasard, une tuile qui nous tomberait sur la tête ! On ne tombe pas malade, on le devient parce que nous fournissons nous-mêmes au corps tous les ingrédients de son intoxication. Lorsque le corps est surchargé de toxines et que les organes en charge de les éliminer (les émonctoires : appareil digestif, reins, poumons, peau) n’y parviennent plus, en raison de leurs quantités, le corps crée des crises d’élimination — c’est la maladie !

La maladie n'est pas une fatalité

L’allopathe (le médecin classique) s’attache à faire disparaître les symptômes en traitant l’organe qui les a manifestés. En se focalisant sur la partie malade, il va établir un traitement précis et ajusté à celle-ci : médicament ou chirurgie.

Le naturopathe met en œuvre des moyens très différents. Il recherche en effet les erreurs de vies qui aboutissent aux perturbations des lois biologiques. Pour lui, les symptômes sont les signaux d’alarme d’un terrain encrassé qu’il faut détoxiner. Il préconise alors l’amélioration du terrain par le recours à l’hygiène vitale, soutenue par des techniques naturelles, et se focalisera sur l’organe sain pour créer les conditions de réparation de l’organe malade.

Quelles sont les pathologies traitées ?